Archives mensuelles : octobre 2015

Un Récit à hauteur d’Homme

Je ne sais plus qui disait, que l’histoire est écrite par les vainqueurs mais pas seulement, elle est aussi écrite par les élites.  J’y ai repensé en croisant dans un kiosque, la une d’un Hors-série de l’Express « Napoléon, le Héro absolu » celui que Barthas appelait le grand massacreur.

L’histoire de Louis Barthas, n’est pas une suite ininterrompue de grands récits héroïques dans laquelle les hommes ordinaires ne sont que des quantités négligeables, ballotés au gré des décisions plus ou moins inspirées de  grands stratèges et d’ Élites Politiques. C’est celle qu’il raconte dans ses carnets de Guerre. Un récit  à hauteur d’homme, de cette France paysanne disparue dans le fracas du Vingtième siècle. Pas de héros, juste des hommes, cet ouvrier tonnelier témoigne de la souffrance de ses camarades d’infortune , rêvant d’une vie meilleure. Comme tout militant socialiste, il a la conviction que le progrès humain, celui du progrès social si précieux, rendra la vie collective et les rapports sociaux plus supportables à tous.

Alors que les intellectuels comme Roland Dorgelès ( Les Croix de Bois) , Henri Barbusse ( Le Feu) ou du coté Allemand, Ernst Junger (orage d’acier) avaient raconté leur guerre avec leur légitimité d’écrivain et d’intellectuel, Barthas n’avait jamais envisagé un seul instant que ses carnets pourraient un jour être publiés. Restés dans les tiroirs jusqu’à sa mort en 1952, c’est l’historien Rémy Casals qui les découvre et les préface dans la première éditions chez François Maspéro en 1978.

J‘ai  rendu un hommage en dessin, un carnet de tranchée qui accompagne des extraits de textes tirés des  Carnets de Guerre du Soldat Barthas aux Editions de la Découverte. Une nouvelle fois vous pourrez voir l’expo à Lunel Viel, à l’hôtel de Ville, à partir du 11 novembre jusqu’au 11 décembre 2015  entrée libre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et 14h à 17h.

Un Vernissage aura lieu le 11 novembre2015 dans les salons de la Mairie à Partir de 12h.

DSCF4128

Barthas aux Invalides devant le tombeau du grand massacreur, juste avant sa démobilisation en 1919.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans PORTFOLIO